Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Blog Radical-Centre Gauche de Colmar et environs
  • Blog Radical-Centre Gauche de Colmar et environs
  • : Blog non officiel du Parti Radical de Gauche de Colmar et des 1ère et 2ème circonscriptions du Haut Rhin. Vie Municipale , cantonale... actualités ,dossiers dans tous domaines , projets et actions du PRG .
  • Contact

Texte Libre

OVER-BLOG

 

BULLETIN METEO FRANCE
Cliquer sur le logo ci-dessous


logo_meteo_france.gif


Cliquer

  CARTE FRANCE, cliquez
sur le logo GOOGLE

maps_results_logo-google.gif

 
Annuaire gratuit MarsAnnuaire, referencement sur Internet

  meilleur site



Texte Libre

Archives Récentes

Texte Libre

Texte Libre

3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 03:00
 
Suite  mais pas fin:
La suite vient de se produire, la démission du gouvernement Leterme, les causes, toujours les-mêmes, des problèmes linguistiques  dus à la position inflexible des flamands sur le statut de certains secteurs de Bruxelles qui sont de gestion flamande mais où les fracophones peuvent voter pour des francophones. La belle histoire! La réalité est que certain parti flamand qui se situe très à droite sur l'achiquier politque national Belge souhaite une scission du pays entre les régions flamandes et wallonnes. A force, ils risquent d'y arriver.
Lire un article sur BLOG OUVERT:


"Démission du gouvernement Leterme" Le gouvernement belge qui est dirigé par Yves Leterme va présenter sa démission au Roi en raison d'un conflit linguistique entre les francophones (Wallons) et les néerlandophones(Flamands) et ce, à 2 mois de la présidence tournante de l'UE que le pays doit assumer, a déclaré un des principaux ministres du-dit gouvernement. "Il n'y a pas d'autre issue que la démission du gouvernement", a déclaré à la presse le ministre des Finances Didier Reynders, indiquant qu'il "regrettait" cette issue et en appelant à tout faire pour éviter "que le pays ne s'enfonce […]
 
Camoufflet infligé aux francophones
sur le statut de Bruxelles-Hal-Vilvorde.
Le 10 mai 2008:Cette décision des flamands ne va aller dans le sens de l'apaisement outre quiévrin, bien au contraire, les flamands déterrent la hache de guerre ce qui risque de provoquer la scission tant espérée par la Flandre qui souhaite se débarrasser du "boulet " Wallon.
Acculés, les francophones pourraient bien n'avoir d'autre solution que de provoquer la fin du Royaume de Belgique urement et simplement.
On se souvient qu'il y a quelques mois, des députés Belges Wallons avaient rencontré leurs homologues Français pour envisager une possible union si d'aventure l'Etat Belge venait à disparaître en tant que tel; un pas a été franchi et les relations entre les deux entités linguistiques vont se dégrader plus encore sauf mirâcle.


Extrait d'un article paru dans libération du 10-05-08

Pour la première fois dans l’histoire de la Belgique, la majorité flamande, tous partis confondus, a imposé sa loi à la minorité francophone du pays (40 % des habitants). Dans la nuit de jeudi à vendredi, les 80 députés flamands, de l’extrême droite du Vlaams Belang aux écologistes de Groen, en passant par les socialistes du SPA, ont voté l’inscription à l’ordre du jour de la scission de l’arrondissement électoral et judiciaire bilingue de Bruxelles-Hal-Vilvorde (BHV) contre l’avis des 60 députés francophones, eux aussi unis. Cet affrontement bloc contre bloc fragilise un peu plus l’existence d’un royaume qui n’en finit pas de s’enfoncer dans la crise depuis les législatives du 10 juin 2007.

La scission de BHV est devenue un abcès de fixation pour la Flandre qui veut, en le scindant, achever son unification territoriale et linguistique. Cet arrondissement permet, en effet, à l’importante minorité francophone (entre 120 000 et 150 000 personnes au minimum) vivant autour de Bruxelles, mais en Flandre, de pouvoir voter pour les partis francophones de Bruxelles et d’être jugée en français. Or, pour les Flamands, ce régime d’exception, datant de la fixation de la frontière linguistique au début des années 60, a assez duré : tous les Belges vivant en Flandre doivent s’assimiler ou partir. Lire la suite : http://www.liberation.fr/actualite/monde/325635.FR.php

Autre article du blog prg colmar:Crise sur crise en belgique.


CARTE DE BRUXELLES-HAL-VILVORDE  Nombre de Francophones parmi la population des différentes communes.
Documents site eurobobru.comwww.eurobru.com/poli81.htm.
2007
La population du « Vlaamse rand », cette ceinture de 19 communes flamandes (parmi lesquelles les 6 communes à facilités) autour de Bruxelles, continue à se franciser, à s'internationaliser et, dès lors, à perdre son caractère néerlandais. Au grand dam des responsables du Nord du pays qui tentent de trouver la parade pour contenir, à défaut d'inverser, la tendance.
Sur les 400 000 habitants de la grande périphérie bruxelloise, 10,9 % sont de nationalité étrangère. Pour les 6 communes à facilités, ce pourcentage monte à 16,9.

Cette population étrangère provient, à raison de 75 %, des 26 autres états de l'Union européenne. Plus d'un tiers des Américains et Canadiens viavant en Flandre ont élu domicile dans la périphérie bruxelloise.
Le français ou une autre langue est utilisé par 57 % des parents dans leurs rapports avec "Kind & Gezin" (la Ligue des Familles,

03/09/2007 sur le Blog "Les coulisses de Bruxelles" article intéressant.

L’éclatement de la Belgique soluble dans l’Europe

Contrairement à ce que l’on entend souvent, une éventuelle indépendance flamande ne serait nullementBelgiquemapgnl contraire à l’idée européenne. C’est pourtant un argument que beaucoup de francophones belges utilisent pour tenter de ringardiser les revendications flamandes : en substance, certains affirment que, alors que l’Europe acquiert chaque jour davantage de compétences, il serait stupide de détricoter les États existants aux profits d’entités plus réduites.

Cet argument repose sur un pur contresens : le but de la construction communautaire n’est pas de construire un super État centralisé, une sorte de France jacobine d’avant la décentralisation, en vampirisant la souveraineté des États membres. Bref, l'Union voudrait la mort des Etats. Si tel était le cas, la multiplication des États ou tout simplement le fédéralisme seraient un obstacle à la création de ce « super state ». Or, bien au contraire, l’Union est un moyen de (re) donner de la puissance politique, diplomatique, économique voire, à terme, militaire, à des entités nationales qui, isolées, se feraient concurrence (y compris par la guerre) à leur détriment et surtout pèseraient d’un poids ridicule dans le concert mondial. Le moyen, pour atteindre ce but, est une délégation volontaire d’une série de compétences souveraines afin de les exercer en commun, ce qui est censé les rendre plus efficaces.

Autrement dit, l’Union n’a pas vocation à priver les États de leur souveraineté (contrairement aux délires de persécution des souverainistes), mais à permettre un exercice optimisé de cette souveraineté. Que les compétences partagées soient exercées non pas au niveau central (comme en France ou en Grande-Bretagne), mais par des États fédérés (Allemagne, Italie, Belgique, Espagne, etc) ne change rien à l’affaire. L'Europe est parfaite Lire la suite sur le blog:

Coulisses de Bruxelles, UE: L’éclatement de la Belgique soluble

Partager cet article

Repost 0
Published by BARTHET Jacques - dans Actualité EUROPEENNE
commenter cet article

commentaires