Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Blog Radical-Centre Gauche de Colmar et environs
  • Blog Radical-Centre Gauche de Colmar et environs
  • : Blog non officiel du Parti Radical de Gauche de Colmar et des 1ère et 2ème circonscriptions du Haut Rhin. Vie Municipale , cantonale... actualités ,dossiers dans tous domaines , projets et actions du PRG .
  • Contact

Texte Libre

OVER-BLOG

 

BULLETIN METEO FRANCE
Cliquer sur le logo ci-dessous


logo_meteo_france.gif


Cliquer

  CARTE FRANCE, cliquez
sur le logo GOOGLE

maps_results_logo-google.gif

 
Annuaire gratuit MarsAnnuaire, referencement sur Internet

  meilleur site



Texte Libre

Archives Récentes

Texte Libre

Texte Libre

3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 09:37
CAYENNE, 2 décembre 2008 (AFP) - Elus et services de l'Etat continuaient à
discuter mardi en Guyane, paralysée pour le neuvième jour consécutif par
des barrages routiers destinés à obtenir une baisse de 50 centimes des
prix de l'essence à la pompe.


Selon la préfecture, on comptait 27 barrages mardi matin, contre 24 lundi.

A Paris, le Premier ministre, François Fillon, en a appelé de nouveau au
conseil régional présidé par Antoine Karam (Parti socialiste guyanais)
pour que la baisse du prix des carburants aille au-delà des 30 centimes
par litre obtenus par le gouvernement des compagnies pétrolières.

"La seule possibilité pour aller plus loin dans la baisse serait que le
conseil régional accepte de réduire la taxe spéciale sur les carburants
qu'il perçoit. Il n y'a pas d'autres marges de manoeuvre", a écrit M.
Fillon à la députée PRG de Guyane Christiane Taubira.

"Les collectivités locales guyanaises doivent maintenant participer à la
résolution de ce conflit très pénalisant pour toute l'économie guyanaise,
dans un esprit de responsabilité ", affirme le Premier ministre dans ce
courrier.

A l'Assemblée nationale, le secrétaire d'Etat à l'outre-mer Yves Jégo a
souligné que les taxes sur les carburants en Guyane, perçues par la
région, avant redistribution partielle aux autres collectivités locales,
"sont 50% plus élevées que dans les régions voisines".

Sur place, les élus guyanais semblent avoir pris la main d'un mouvement
qui reste populaire tandis que les chefs d'entreprise ne cachent plus les
difficultés économiques provoquées par le mouvement.

Le Medef Guyane a appelé acteurs du mouvement et services de l'Etat à
trouver rapidement une solution. Le président de la Chambre de commerce a
souligné l'urgence d'une "sortie de crise".

Le préfet de Guyane, Jean-Pierre Laflaquière, a jugé la situation
"gravissime" et en a appelé à "la responsabilité des uns et des autres"
pour sortir d'un conflit "qui coûte entre 13 et 15 millions d'euros par
jour à l'économie".

"Plus le mouvement dure et plus les risques de débordements augmentent. Il
y a un risque de débordements graves que nous regretterions tous", a
déclaré le préfet.

Les établissements scolaires sont fermés mais Cayenne semble connaître un
regain d'activité depuis lundi.

Les épiceries tenues par des commerçants d'origine chinoise sont ouvertes
car ils peuvent franchir les barrages.

M. Karam a réitéré son refus de "toucher à la taxe sur les carburants
fixée par la région", précisant qu "une contre-proposition sera faite
mardi à l'Etat".

M. Jégo a demandé dimanche à la région de faire un effort de 20 centimes,
qui serait compensé par une subvention de "10 millions d'euros" de l'Etat.

Le temps "qu'une mission d'inspection se prononce sur le prix du carburant
en Guyane", les conclusions étant attendues pour la "mi-février", selon le
préfet.

D'après une estimation des services de l'Etat, à partir de la consommation
de carburants en 2008, 10 millions compenseraient le manque à gagner pour
les collectivités pendant environ 6 mois seulement.

"Que fera-t-on après? nous n'avons pas la réponse", s'est interrogé Fabien
Canavy, vice-président du conseil général et membre d'un parti
indépendantiste, le MDES (Mouvement de Décolonisation et d'Emancipation
Sociale).

Le député socialiste de Guadeloupe Victorin Lurel a souligné mardi que les
10 millions seraient puisés dans un fonds qui n'a pas encore vu le jour.

Une marche de manifestants sur Cayenne a été confirmée pour mercredi.

Partager cet article

Repost 0
Published by BARTHET Jacques - dans Actualité politique
commenter cet article

commentaires