Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Blog Radical-Centre Gauche de Colmar et environs
  • Blog Radical-Centre Gauche de Colmar et environs
  • : Blog non officiel du Parti Radical de Gauche de Colmar et des 1ère et 2ème circonscriptions du Haut Rhin. Vie Municipale , cantonale... actualités ,dossiers dans tous domaines , projets et actions du PRG .
  • Contact

Texte Libre

OVER-BLOG

 

BULLETIN METEO FRANCE
Cliquer sur le logo ci-dessous


logo_meteo_france.gif


Cliquer

  CARTE FRANCE, cliquez
sur le logo GOOGLE

maps_results_logo-google.gif

 
Annuaire gratuit MarsAnnuaire, referencement sur Internet

  meilleur site



Texte Libre

Archives Récentes

Texte Libre

Texte Libre

9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 23:33

L'accès aux soins va-t-il devenir un produit de luxe?

Nous publions un article de la lettre d'UFAL Flash qui est bien d'actualité, le thème en étant la Santé et l'accès aux soins.


Par Les lecteurs d'Ufal Flash

Lien site: http://www.ufal.info/media_flash/accueil.htm

article publié dans les lettres 68, 68

Lien permanent vers cet article

tous les articles

Demain, » il faudra mieux être riche et en bonne santé que pauvre et malade »…..

Depuis la réforme de l’assurance maladie de 2004, le patient voit augmenter d’année en année son reste à payer non remboursé

  • 1 euro par consultation.
  • 18 euros pour tout acte supérieur à 91 euros
  • 0,50 euro par boîte de médicaments
  • 2 euros par transport sanitaire

Méthodiquement et progressivement, la participation augmente régulièrement pendant que le pouvoir d’achat baisse .Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? N’est-ce pas le début de la privatisation du système où chacun contribuerait à ses soins comme pour n’importe quel autre produit ?
La santé ne devient-elle pas une marchandise comme les autres où la notion de solidarité collective serait exclue ? Certains parlent même de solidarité individuelle, c'est-à-dire chacun pour soi avec une partie de la population exclue des soins. Peut-on parler de cohésion sociale lorsque le droit à l’accès aux soins n’existera plus pour les plus pauvres ?
Selon la dernière enquête de l’Institut de recherche en économie de la santé (IRDES), 14% de la population déclare avoir renoncé à des soins pour des raisons financières.
On peut ajouter à cet état de fait les dépassements d’honoraires qui peuvent être partiellement ou totalement pris en compte par les mutuelles ou des assurances lorsque le patient cotise de façon conséquente. Les plus fortunés pourront toujours se soigner, mais les pauvres…..On va assister à un accroissement des inégalités dans l’accès aux soins.
Par le biais de l’éducation, dès l’école maternelle, il me semble important de donner à chacun les rudiments concernant sa santé, le rapport au corps, les principales pathologies et que chaque personne puisse travailler sur la prévention dans le cadre d’une politique citoyenne afin d’assurer un meilleur niveau de santé de la population. Plus de prévention enseignée à l’Ecole et par l’éducation citoyenne devrait permettre une réduction des coûts de l’assurance maladie et une solidarité collective, principe fondateur de la sécurité sociale et du vivre ensemble. De plus, le système de santé risque de mettre chacun d’entre nous en situation de dépendance à son égard. Le Médecin traitant ou Médecin référent, appelé ainsi dans certains lieux va être le seul interlocuteur du système de santé et travaillera en réseau avec les professionnels médicaux, paramédicaux, associatifs du territoire.
N’allons-nous pas devenir « clients captifs » d’une organisation préétablie ? Quel va être le libre choix de chacun ? L’organisation territoriale ne va-t-elle pas conduire à un réseau ferroviaire dont les commandes vont échapper à la personne malade et à son entourage qui devront suivre la décision du réseau et du territoire ?
N’assiste-t-on pas à un changement de valeurs : La solidarité collective ferait place à la solidarité individuelle (assurance privée ou récupération sur succession. Pour les personnes âgées, ce projet est évoqué)
L’autonomie du patient serait remplacée par la dépendance à l’égard du réseau de soins et d’hospitalisation, via le médecin traitant ou référent.
La relation patient/corps soignant avec une augmentation de l’asymétrie où le patient et sa famille pourraient être contraints de se plier au système médico-marchand avec une altération des choix possibles.
Il est important de travailler sur la place de l’usager et de son environnement dans le système, de développer les connaissances et compétences des usagers par rapport à la santé et à leurs conditions de vie, de comparer les tarifs pratiqués et la qualité des services rendus qui ne semble pas uniformes.
Un grand chantier s’ouvre sur la prévention et l’éducation des patients qui ne peut pas être laissé au seul domaine médical.
L’Ecole et le domaine associatif doivent jouer un rôle essentiel dans la santé des populations et leur accès à la citoyenneté dans ce champ fondamental qui touche à la vie, à la dignité de chacun, à l’insertion et au partage des ressources dans l’intérêt de tous.
Marie-Andrée SADOT (UFAL 94)

Partager cet article

Repost 0

commentaires